Histoire du Bocholtz

Niché au coeur du centre historique de Liège, à quelques pas du Palais des Princes Evêques, le Bocholtz doit son nom à Arnold de Bocholtz, un homme qui cumulait les hautes fonctions, dont celle de Chanoine de la Cathédrale de Liège, tréfoncier et Grand Prévot de Liège.

Au milieu du 16ème siècle, Arnold de Bocholtz agrandit et transforme deux anciennes maisons canoniales en un hôtel particulier de style Renaissance : l’Hôtel de Bocholtz.

En 1845, un incendie ravage en partie l’hôtel et fait deux morts, dont le maître des lieux.

C’est un mécène anversois, Maurits Naessens, pdg de Paribas Belgique, qui rachète le bâtiment pour la banque en 1967.  Les planchers sont éventrés, il ne reste que quelques portes rassemblées dans un même local. Un comité scientifique désigné par la banque tente de décrypter le tracé historique des lieux afin d’orienter la restauration dans l’esprit de l’époque. Les travaux dureront plus de dix ans.

En 2013, François Fornieri, patron de la société pharmaceutique liégeoise Mithra, rachète le bâtiment pour en faire un centre d’émulation pour le monde culturel, politique et, bien sûr, scientifique.

Aujourd’hui l’édifice, en parfait état, est rebaptisé «  Maison Internationale de Liège », devenant un haut lieu historique liégeois, centre de rencontres interdisciplinaire et international.